Bessans
Haute Maurienne Vanoise

Légende de Bessans

Découvrez au travers d’une ruelle toutes les légendes qui ont fait de la station de Bessans un lieu féérique et populaire.

Bessans… et son diable !

Que serai Bessans sans son diable ? Ici parai-t-il, Satan y porterai bonheur et y même devenu l’emblème du village. Depuis des générations, les artistes lui ont même donné un visage. nous allons vous conter son histoire.

Au siècle dernier, un « Chantre » du village, nommé Vincendet, très en colère contre son curé, fabriqua un diable de bois tenant un curé sous son bras ; puis, il alla le porter, un matin de très bonne heure, sur la fenêtre du prêtre.

Celui-ci se douta d’où venait ce diable, et le lendemain matin, la statuette prit le chemin de la fenêtre de son créateur.

Ce petit manège dura plusieurs jours, lorsqu’un voyageur, passant par Bessans remarqua le diable sur la fenêtre du nommé Vincendet.

Le sculpteur vit tout le profit qu’il pouvait en tirer, et ce fut le début du courant satirique et commercial du Diable de Bessans.

Bessans et son diable

La légende de Duvalon

Au hameau de la Chalp, situé au pied du col de la Madeleine, à trois kilomètres de Bessans, vivait autrefois un nommé : Duvalon. Sa maison se trouvait près de la chapelle Saint-Maurice.

Un jour qu’il était monté au village de Bessans et qu’il s’était attardé, alors que la tourmente faisait rage, il trouva le chemin trop long et trop dur; plusieurs fois son pied glissa dans la neige et, a bout de forces, il invoqua le Diable :
« Ah ! N’y aurait-il pas un Diable qui pourrait se présenter en ce moment
pour abréger cette distance qui me paraît si longue ? »